Quand est-ce qu’il est nuisible de s’endormir
Question et sa réponse donnée de la Présence de l’Un le 14 septembre 2017 en relation avec la question et sa réponse «Champ de nuisibilité» du 14 mars 2017

 

Question (envoyé au site) : – dans quels cas il est nuisible de s’endormir et il est considéré comme une opposition des forces de l’illusion ?

Réponse : La réponse de la question posée peut être trouvée au début de Ma réponse du 14 mars : «Où qu’on s’asseye de travailler, ...».

Quand on commence de travailler quelque chose et son désir et intention sont de travailler et durant le travail on commence de s’endormir, c’est une immixtion des forces de l’illusion sur lui réalisée au plan subtil.

À un tel moment, si on se relâche et s’assoupit, c’est nuisible pour lui puisqu’on le ferait sans une préparation préalable pour une élévation de la conscience, sans apaisement des pensées et sans avoir gagné un état de Paix intérieure et Quiétude, mais aussi sans avoir invoqué saint Archange Michel d’aider pour que son Âme soit accompagnée jusqu’aux octaves Supérieures de la Lumière des anges de la protection tout de suite après s’être endormi.

Alors en s’endormant, quoi que brièvement que ce soit, on se trouve avec ses corps subtils inférieurs dans le plan le plus proche du plan physique – le plan astral. Et ordinairement sa protection est beaucoup moindre que nécessaire quand on se voit cerné d’une multitude d’êtres astraux qui attendent d’organiser un régal avec son énergie Divine.

Dans ces cas, lorsqu’on se réveille, même après un assoupissement ou même après un bref moment, on peut s’éveiller en sursaut, se sentir lourd, mal et plus fatigué qu’avant de s’endormir et le plus important – on peut avoir perdu le désir de travailler pour le reste de la journée. Et même si on continue son travail, le dernier ne s’effectuera pas aisément et on se forcera de la faire, par l’obligation, au lieu de travailler avec joie, aise et gratitude !

La chose salutaire à faire quand on ressent qu’on veut s’endormir, est de se lever tout de suite, de se remuer, de boire de l’eau et de se mettre à faire quelque chose d’autre, c’est-à-dire de changer tout de suite l’un type de travail par un autre. Et lorsqu’on se ressent complètement rafraîchi, on doit se retourner sans prolongation vers le travail principal.

JE SUIS la Présence de l’Un

 

© Rossitsa Avela

Retourner à l’Enseignement


UNION
www.edinenie-vsemirno.net